Evénements



Calendrier

recherche femme pour rencontre sérieuse août 2017 :

rencontres ludiques de bretagne Rien pour ce mois

prostituée vizille plus belle la vie rencontre thomas et nicolas | recherche rencontre rue verrerie

rencontres femmes saverne Gestion dynamique de processus industriels : pilotage par les compétences et les données techniques

aol rencontres meetic rencontrer des amis pour sortir > mail service rencontre ligne lien > site de rencontre a gap

Doctorant : Triia Wafa

Début de la thèse : 2014

rencontre ornithologique bretonne La notion de l’entreprise agile est née il y a plus de 20 ans (elle est introduite à la fin de l’année 1990 [Sangar 2014]). Nous constatons que l’environnement de travail est de plus en plus complexe, incertain et où l’interdépendance est forte, pousse les industries à mettre plus d’effort dans le développement et la maîtrise de leurs processus afin de s’adapter au mieux aux changements, aléas qui peuvent se produire. La variété et la continuité de changements auxquels les organisations sont soumises ont donné naissance à de multiples approches et méthodes de gestion de processus. Si les approches et méthodes existantes ont permis l’automatisation des processus et favorisé le suivi en temps réel et la traçabilité des processus exécutés, elles restent inadaptées. Elles ne permettent pas de gérer dynamiquement les processus et la prise en compte de diverses contraintes et aléas pouvant avoir lieu pendant leurs exécutions, elles sont plutôt prescriptives et structurantes. De surcroit, la gestion des processus industriels est fréquemment perturbée par deux visions qui sont souvent orthogonales : celle orientée processus et celle orientée ressources humaines. Le manque de spécification à priori rend le management difficile en terme de prévision de charges, d’allocation de ressources et de mesure de performance. Ainsi le manque de visibilité sur les compétences à mobiliser pour chaque activité est particulièrement critique pour certaines industries où les processus/ressources doivent faire l’objet d’habilitations ou un niveau d’expertise, de spécifications. Nous nous attachons dans ce travail de thèse de proposer une méthode et un environnement permettant d’optimiser les processus et de procurer une visibilité accrue dans le domaine des opérations métiers, tenant compte à la fois de la nature incertaine, imprévisible et dynamique de processus et d’autre part d’une gestion de compétences.